Vous êtes ici

Concert-analyse

Lundi 3 février 2020 à 18h30

Académie de Saint-Gilles.
Maison communale de Saint-Gilles
Place Van Meenen - 1060 Saint-Gilles

Mardi 4 février 2020 à 10h
Conservatoire de Liège
14, rue Forgeur - 4000 Liège

Le second trio à clavier op. 100 (D.929) de Schubert - une oeuvre hors normes.

Le second trio à clavier op. 100 de Schubert est daté de novembre 1827. Soit un an avant sa mort (Vienne – 19 novembre 1828) et quelques mois seulement après le décès de son illustre collègue Beethoven (Vienne - mars 1827).

Cette œuvre, dont Stanley Kubrick utilisera le second mouvement dans son film Barry Lyndon, fait partie des derniers grands chefs-d’œuvre composés par le maître viennois. Écrite à la fin de sa vie, elle est singulière à bien des égards. D’abord par ses dimensions exceptionnelles, puisque les quatre mouvements dont elle se compose durent pas moins de cinquante minutes. Ensuite parce que Schubert nous y propose des audaces à la fois sur le plan tonal et harmonique, mais aussi, voire surtout, sur le plan formel – audaces que certains commentateurs attribuent en partie à la disparition récente de Beethoven. Schubert, considéré comme le plus grand compositeur viennois à la mort de Beethoven, avait-il pour ambition de surpasser son ainé ? Bien qu’intéressante, cette hypothèse d’un ordre plus psychanalytique ne sera qu’effleurée dans ce concert-analyse qui portera essentiellement sur le trio.

Notre analyse, qui se concentrera plus particulièrement sur le premier mouvement, commencera par examiner le plan tonal plus que surprenant ainsi que l’incidence de celui-ci sur la perception de la grande forme – ces deux dimensions, l’architecture générale et le plan tonal, étant inexorablement liées.
Nous analyserons ensuite le matériau thématique initial et son incidence sur la globalité de l’œuvre. Enfin, nous porterons un bref regard sur quelques enchaînements harmoniques peu communs avant d’entrer dans la partie concert ou les instrumentistes nous proposeront d’écouter le premier mouvement dans sa continuité.

Violon : Aymeric de Villoutreys
Violoncelle : Émilie Koang
Piano : Matthieu Normand
Analyse : Jean-Marie Rens

Commentaires recents

Aucun commentaire disponible.