Vous êtes ici

La sonate pour piano op. 10 n°2 de Beethoven : une forme sonate revisitée.

La sonate op. 10 n°2 en Fa majeur, et en particulier son premier mouvement, est très représentative de la manière dont Beethoven fait éclater la forme sonate. Mais le traitement singulier de la forme n’est pas la seule particularité de cette sonate. En effet, alors que Beethoven propose une pléthore de thématique dans l’exposition du premier mouvement, ce sont les deux éléments les plus anodins, nous dirions même les plus insignifiants, que le maître viennois va utiliser pour construire tout son développement.

Et que dire alors du début de la réexpédition où la tonalité principale est savamment évitée et où les outils analytiques traditionnels ne suffisent sans doute plus pour décrire les audaces Beethovénienes. Bref, une sonate qui mériterait bien d’être baptisés « la surprise ».

Commentaires recents

Aucun commentaire disponible.