Vous êtes ici

L’œuvre de Béla Bartók : lorsque le savant et le populaire se côtoient.

Ce qui est frappant à l’écoute de la musique de Béla Bartók, c’est la manière dont  y cohabitent en toute symbiose une pensée radicalement moderne et les traces de la musique populaire hongroise et plus largement des Balkans. Cette musique populaire, Bartók l’affectionnait tout particulièrement. Son intérêt pour les musiques de tradition orale était tel qu’il a, à plusieurs reprises, arpenté les campagnes afin d’aller les récolter à leur source. Mais qu’est-ce qui, dans ces musiques populaires, fascinait à ce point le Maître hongrois ? Sans nul doute le rythme qui, tant dans la tradition hongroise que bulgare, est porteur d’une énergie toute particulière. Les multiples échelles musicales utilisées (ce qu’on appelle les modes) qui colorent cette musique de diverses manières ont, probablement, elles aussi, intéressé au plus haut point le compositeur.

Les références à la musique populaire des Balkans se retrouvent de manière récurrente dans toute l’œuvre de Bartók. Les œuvres didactiques du Maître hongrois comme le Microcosmos ou encore les Duos de violons, utilisent des airs folkloriques comme matière première. Et lorsque les mélodies originales ne sont pas utilisées, comme dans la Musique pour cordes percussions et célesta et le Concerto pour orchestre ou encore dans la célébrissime Sonate pour deux pianos et percussions, c’est leur évocation qui s’infiltre dans le discours musical.
Bien entendu, Bartók n’est pas le seul à avoir été influencé par les musiques traditionnelles. À toutes les époques, cette influence est présente chez ma plupart des compositeurs. On en trouve des traces chez Mozart, Beethoven ou encore Brahms. Bach en a intégré dans certaines de ces grandes œuvres pour le clavier. Au XXe siècle, c’est Stravinsky, Milhaud, mais aussi Pousseur, Berio et Ligeti qui, à des degrés divers, ont utilisé les musiques de tradition populaire. C’est de cette rencontre entre le « savant » et le « populaire » dont il sera question lors de ce cours-conférence centré principalement sur l’œuvre de Bartók.

Par le regard analytique porté sur quelques-unes des pièces didactiques qui jalonnent la production du compositeur hongrois, Jean-Marie Rens et Pascal Sigrist montreront quelques-unes des caractéristiques des musiques traditionnelles hongroises, bulgares ou encore roumaines et la manière dont Bartók les intègre dans son œuvre. Ce cours-conférence sera illustré par de nombreux exemples de Bartók, mais aussi de certains de ses confrères compositeurs. Ceux-ci seront joués au piano par Pascal Sigrist qui clôturera cette séance par une œuvre jouée dans son intégralité.

Analyse : Jean-Marie Rens
Piano : Pascal Sigrist

Commentaires recents

Aucun commentaire disponible.